© Site réalisé par Céline LETORT - Graphiste indépendante. Février 2015

  • Facebook App Icon

Les Vermifuges

 

Pourquoi ? :

Les parasitoses intestinales sont l'une des pathologies les plus fréquentes chez nos chevaux. Il est

impossible de les éviter. En tant qu’herbivores, les chevaux sont exposés à un risque élevé et

continu d’infestation de vers et autres parasites. Il existe chez le cheval deux types de vers, les vers

plats et les vers ronds.

 

Les vers plats (ténias) affectent tous les chevaux, mais en particulier les jeunes et les vieux. Les vers

ronds (ascaris, strongles, oxyures) sont multiples. L'espèce qui est la plus dangereuse et montre le

plus de résistances est le « petit » strongle surnommé « horse killer »en Angleterre. Autres parasites

digestifs, les gastérophiles. Bien qu’il ne s’agisse  pas de vers mais de larves d’insectes, elles doivent

être prises en compte dans un programme de vermifugation.

 

Les symptômes :

La présence de vers chez le cheval provoque une multitude de symptômes selon la gravité et la

nature de l’infestation. Du plus anodin au plus grave, ces symptômes doivent vous alerter :

  • mauvais état général, poil terne et/ou perte de poils, démangeaison, apparition de plaies à l’anus, baisse d’appétit, amaigrissement, anémie, retard de croissance du poulain, diarrhée, boiteries,

 

Mais aussi de vraies urgences :

  • coliques, ulcération de l’estomac et de l’œsophage, problèmes respiratoires…

 

Comment ? :

La vermifugation consiste à détruire les parasites présents dans l’organisme. Chez le cheval,les vers se situent principalement dans l’appareil digestif, mais peuvent aussi toucher d’autres organes (artères,foie,reins,poumons…), en particulier lors de la migration des larves.

Pour lutter contre les vers,plusieurs molécules existent (ivermectine, praziquantel, moxidectine, pyrantel, dérivés de benzimidazoles).

 

Comme ces molécules ont des cibles différentes, ils faut les alterner au cours de l’année. Le mode d’action des vermifuges diffère aussi. Certains ont une action systémique et seront donc diffusés dans tout l’organisme du cheval, alors que d’autres traiterons uniquement le système digestif. La vermifugation est un acte médical dont la mise en place doit se faire de façon raisonnée. Faites vous aider par votre vétérinaire pour évaluer correctement le poids de votre cheval et ses besoins spécifiques.

 

De manière générale, un programme annuel de vermifugation devrait s’apparenter à ceci :

 

  • Au Printemps : Molécules=Pyrantel/Quelques noms=Strongid

  • A l'Eté : Molécule=Ivermectine/Quelques noms=Eqvalan, Eraquell, Furexel

  • A l'Automne : Molécule=Benzimidazoles/ Quelques noms=Panacur

  • En Hiver : Molécule=Moxidectine+Praziquantel ou Ivermectine+Praziquantel/Quelques noms=Equest Pramox, Equimax, Eqvalan Duo

 

Cas spécifiques :

  • La jument gestante : une bonne vermifugation est indispensable, car une forte infestation peut entrainer des avortements, un mauvais développement du fœtus et une baisse de la qualité du lait. Elle peut aussi par le lait et la zone mammaire transmettre des parasites au poulain. Elle devrait avoir un vermifuge supplémentaire 2 à 3 semaines avant la mise bas ou le cas échéant, le lendemain de l’accouchement. Certaines molécules étant dangereuses pour le fœtus (Trichlorfon), il faut lire attentivement le mode d’emploi du vermifuge.

  • Le poulain : plus vulnérable aux parasites que l’adulte, une gestion drastique de ce taux est indispensable à son bon développement. Le programme de vermifugation doit débuter dès son premier mois et impliquer une administration de vermifuge tous les deux mois. Attention, certaines molécules peuvent être dangereuse pour le poulain (Moxidectine entre autres), lire attentivement la notice du produit concerné.

 

Généralités :

Le mode d’administration implique quelques précautions. Il faut estimer correctement le poids du cheval, car sous dosé, le vermifuge est inefficace et favorise l’installation de résistance. Dans ce même but, il faut s’assurer que la bouche soit bien vide et préférer une administration à jeun pour une meilleure efficacité. Mais quand on ne connait pas le passif du cheval, il est important aussi de ne pas trop surdoser, sous peine de lui faire courir un risque vital.

 

Dans une vision plus globale de la vermifugation, tous les chevaux vivant ensemble doivent être traités en même temps, de même que chaque nouvel arrivant doit être immédiatement traité et tenu à l’écart pendant quelques jours. Le changement complet de litière après vermifugation, le ramassage des crottins dans les paddocks ainsi que la rotation des prés permettent une meilleure gestion du taux de réinfestation.