© Site réalisé par Céline LETORT - Graphiste indépendante. Février 2015

  • Facebook App Icon

Les Ondes de choc

 

En médecine vétérinaire, les ondes de choc focalisées ont démontré leur utilité dans le traitement de nombreuses pathologies ligamentaires, tendineuses ou encore osseuses. En tant qu’éleveurs, c’est leur intérêt dans la gestion des déviations angulaires du poulain qui nous intéresse le plus.

 

La gestion des déviations angulaires est capitale chez le poulain ; son avenir sportif en dépend, ainsi que sa santé à moyen terme.

Ces déviations sont fréquentes, elles sont congénitales, donc existantes à la naissance ou apparaissant peu de temps après, et non héréditaires. Il y a plusieurs causes possibles à ces déviations, mais 90% d’entre elles se situent près de la plaque de croissance, ce qui permet à la thérapie par ondes de choc d’avoir une efficacité prouvée.

 

Les déviations observées sont majoritairement de type valgus (panard) ou varus (cagneux) :

Nombre de déviations angulaires vont se résorber naturellement, mais si ce n’est pas le cas au-delà de deux semaines, il faut agir. En premier lieu, il faut faire appel à un maréchal compétent. Il pourra agir précocement et efficacement par un parage adéquat, la pose de résine ou d’un fer avec extension. Si le travail du maréchal n’a pas suffit, il faut faire effectuer un diagnostic par un vétérinaire ; diagnostic visuel et radiographique qui permettra au spécialiste de vous conseiller sur l’intérêt des ondes de choc. Les radios permettront de localiser le site de la déviation, de mesurer l’angle de la déviation et de s’assurer de l’ouverture de la plaque de croissance. Les ondes de choc ne sont envisageables que si la plaque de croissance est encore active, ce qui dépend de l’âge du sujet et de l’articulation à traiter. Par exemple, la plaque du boulet se ferme vers les 2 mois alors que celle du jarret se fermera entre 6 et 8 mois. Le calcul de l’angle de la déviation est important car il permet d’évaluer l’importance de la déviation et les bénéfices attendus par les séances.

Selon la déviation, le spécialiste programmera un certain nombre de séances ; en moyenne, trois sont nécessaires. L’intervalle entre deux séances varie selon les intervenants, mais il est en général d’une semaine à 15 jours.

 

Les études publiées indiquent que la première séance apportera une correction moyenne de 3,3°, en-dessous de 3° pour les deux suivantes et en-dessous de 2° pour les quatrième et cinquième séances. Le traitement par ondes de choc à donc une réelle efficacité.

 

Les traitements se font en général sur des poulains âgés de 3 semaines à 3 mois, mais l’efficacité du traitement ne dépend pas de l’âge ; la seule condition indispensable est la persistance de l’ouverture de la plaque de croissance.

 

Protocole :

Le traitement par onde de choc est peu douloureux. Une tranquillisation est administrée pour les radios et pour éviter toute gêne.

Si les clichés radiographiques indiquent un angle supérieur à 5° et assurent de l’ouverture de la table de croissance, le traitement par ondes de choc est recommandé.

 

Avec un poulain miniature, il est bien d’avoir un appareil relativement petit, car la place disponible entre les membres est réduite. Ce manque de place explique qu’il est très difficile de calculer le degré exact de déviation, car la réalisation d’un cliché parfaitement de face est quasiment impossible.

 

Le traitement ne dure que quelques minutes. La zone est rasée et enduite d’un gel échographique. On applique en général 1500 coups la première fois et 2000 les suivantes à 2,5-3 bars de pression sur la zone convexe de l’articulation.

 

Le poulain tranquillisé ne réagit pas aux ondes qui provoquent de légers picotements. Les ondes de choc entrainent des microtraumatismes qui semblent bloquer temporairement la croissance osseuse du côté traité.

 

Aucun suivi particulier n’est nécessaire entre ou après les traitements. Toutefois des traitements conservateurs doivent être mis en place : exercice contrôlé et parage adéquat. Aucun effet secondaire notable et permanent n’a été constaté.

 

Parfois, il n’y a pas d’amélioration après un traitement, on pense que la correction n’est obtenue que si le poulain a une poussée de croissance juste après le traitement, or la croissance des poulains se fait par palier, ce qui expliquerait ces échecs temporaires.

Les résultats définitifs ne seront visibles que lorsque la plaque de croissance sera fermée donc ossifiée.

 

Le traitement des déviations angulaires du poulain par ondes de choc est une technique de plus en plus répandue. Peu intrusive, elle est une alternative intéressante aux traitements médicaux (feux, mésothérapie, contentions) ou chirurgicaux (élévation périostée, pontage de la plaque ou ostéotomie) habituels.

Les résultats définitifs seront visibles dans environ deux mois ; à la fin de l’ossification totale de la plaque de croissance. En statique, le poulain est déjà largement mieux, mais c’est dans les allures que l’évolution est la plus remarquable ; le poulain est quasiment en ligne.

 

Sources :

  • « L’utilisation des ondes de chocs » par le Docteur Vétérinaire Christian Bussy

  • « Etude Rétrospective du Traitement des Déviations Angulaires des Poulains par des Ondes de Choc Extracorporelles » Thèse de Barichard Tristan, 2012

  • Avec l’aimable participation du Docteur Vétérinaire Cécilia Pavillot